Diégèse


mardi 8 janvier 2002
2002
ce travail est commencé depuis 739 jours (739 est un nombre premier) et son auteur est en vie depuis 15192 jours (23 x 32 x 211 jours)
ce qui représente 4,8644% de la vie de l'auteur
hier
L'atelier du texte
demain






Je ne sais pas bien ce que je fais à Nice, sans projets, échangeant quelques mots sans conviction véritable avec qui je croise dans la grande villa alibi. Je dépiaute le jardin, le vide peu à peu de ses arbres et de ses palmiers d'envie. Je m'applique à ne pas penser. Je n'ai même pas besoin de m'appliquer. Je tue l'imaginaire et j'attends l'embellie. Je ne fais rien ou presque et quand le soir de la ville est allumé, les bruits de la ville s'agitent vainement pour m'animer. Il y a parfois des cris et des rires dans les maisons voisines. Je dors presque déjà. Dans le lit, après le voyage lent, je ne sais que faire du corps, qui encombre et devant le miroir, je n'ai pas osé défendre le corps pâle qui m'était rendu. Je pourrais encore regarder dans les yeux, plisser le sourire et, un peu au loin, poser quelques mots qui décriraient l'instant. Je dévore bien encore les bras doux qui sont offerts et le corps à côté peut rendre la pareille, et je dors, désolé, en partance.




8 janvier
2001
2000