Diégèse mercredi 14 avril 2021



ce travail est commencé depuis 7775 jours (52 x 311 jours)
et son auteur est en vie depuis 22228 jours (22 x 5557 jours)
2021

ce qui représente 34,9784% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


mardi 4 mars 1997
13421 jours de vie (13421 est un nombre premier)


Il y a 8807 jours (8807 est un nombre premier)




Ce journal télévisé du 4 mars 1997 commence par une nouvelle fracassante ou présentée comme telle avec un accent dramatique par le présentateur : « il vaut mieux vivre au sud qu'au nord ! » S'en suit un reportage à Marseille et dans le Pas-de-Calais, mais aussi à Lille qui reprend les principales données de l'étude. On y apprend par incidente que la part des retraités aisés en Provence n'est pas pour rien dans l'espérance de vie favorable. On interroge une pharmacienne du quartier de Saint-Tronc, qui est loin d'être un quartier riche. On serait curieux de savoir pourquoi et comment les équipes de la chaîne sont arrivées là. Mais surtout, aucune piste de mesures correctives à apporter par le gouvernement n'est alors esquissée. Pourtant, si on cherche la trace réglementaire de l'action gouvernementale en matière de santé, on s'aperçoit que mars 1997 connaît une forte activité, avec, par exemple, ce même jour, un arrêté relatif à la deuxième partie du deuxième cycle des études médicales, ou bien encore, le 17 mars 1997, un décret  relatif aux groupements de coopération sanitaire. On sait aussi que s'en suivront des grèves dures, qui continueront d'ailleurs avec le gouvernement de la gauche pluriel arrivé en juin 1997. Cette manière de faire est courante dans les médias. C'est même un des modes d'action principaux des agences de communication et des lobbys de toute sorte : on construit l'agenda politique en apportant dans les médias grand-public des sujets qui n'y apparaitraient pas si on ne fabriquait pas à des fins politiques leur actualité. Le sujet étant posé, le gouvernement est sommé de réagir et de prendre des mesures pendant que les déjeuners et dîners de députés et sénateurs vont bon train.
Sans transition (3'57"), Pierre Suard est jugé avec d'autres cadres d'Alcatel-Alsthom pour abus de biens sociaux. L'affaire est-elle aussi claire qu'il y paraît en ce soir de mars 1997 ? En 2006, 2008, M. Suard obtiendra un non-lieu pour toutes ces condamnations, confirmé en appel en 2009.
Renault va fermer son usine de Vilvorde (5'22"). L'annonce a été faite quelques jours plus tôt, le 27 février 1997, exactement. Louis Schweitzer, qui dirige l'entreprise, se refuse à tout commentaire au Salon de Genève et laisse le Secrétaire général, Michel de Virville, commenter cette décision douloureuse. Qui connaît Michel de Virville ? Sans doute quelques personnes importantes puisque ce docteur en mathématiques entre au Cabinet du Premier Ministre dès 1984 et jusqu'en 1986 avant de devenir directeur de Cabinet de Jean-Pierre Soisson, alors ministre de l'Emploi. Il restera quinze ans Secrétaire général de Renault, à la suite de quoi, en 2008, il présidera l'UNEDIC sur proposition du MEDEF, dont il devra démissionner prématurément. En 2015 - il a 70 ans - il est le co-auteur d'un rapport remis à Manuel Valls sur la pénibilité au travail dont les conclusions sont reprises dans la loi dite loi Rebsamen. Il a dirigé ensuite le Collège des Bernardins. M. de Virville est un catholique de gauche et, contrairement à ce que l'on croit parfois, ces réseaux ont encore de l'influence sur les gouvernements successifs.
Comme le PDG de Renault refuse de parler, on interroge, Jacques Calvet (6'52"), le PDG de PSA qui dit longuement qu'il n'a rien à dire pendant qu'un modèle de la marque d'un jaune qui lui donne mauvaise mine tourne derrière lui. Scène de non-information assez cocasse si l'on veut bien la considérer comme telle.
On retiendra aussi une ébauche la solidarité syndicale transfrontalière de la CGT. Elle ne suffira pas à empêcher la fermeture (9'26").
Le Premier Secrétaire du Parti socialiste, Lionel Jospin (11'40"), déclare que ce plan est aberrant. Il ne pourra cependant pas inverser la décision quand il sera Premier ministre trois mois plus tard.
D'ailleurs, si la fermeture de l'usine de Vilvorde fait grand bruit, on rappelle que plus de 2700 postes seront supprimés en France et notamment à Flins. Le jeune délégué CGT de Flins apparaît à l'écran, le poil noir, mais la moustache moins fournie que quelques années plus tard : c'est Philippe Martinez (13'28").
Fallait-il fermer Vilvorde ? On trouve ici, publié quatre ans plus tard, une explication à froid de la décision prise alors par Renault. On y trouve un exposé du même Michel de Virville.
Puis le JT continue : les écoutes téléphoniques, feuilleton à tiroir. Sauf qu'au centre du cartel présenté (16'02"), on retrouve Louis Schweitzer. On dira que c'est un hasard du calendrier.


Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020