Diégèse samedi 26 juin 2021



ce travail est commencé depuis 7848 jours (23 x 32 x 109 jours)
et son auteur est en vie depuis 22301 jours (29 x 769 jours)
2021

ce qui représente 35,1912% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


mardi 4 avril 1995
12721 jours de vie (12721 est un nombre premier)


Il y a 9580 jours (22 x 5 x 479 jours)



C'est le 4 avril 1995. La campagne électorale des présidentielles bat son plein, marquée par l'affrontement entre Édouard Balladur et Jacques Chirac. On en connaît l'issue : l'un est encore vivant l'autre est mort. Entre temps, il y aura eu quelques péripéties. Est-ce parce qu'il ne se passe pas grand chose que le journal télévisé commence par la qualité des eaux de baignade des plages de France ? Le début du printemps n'est pas vraiment le moment le plus propice pour y penser. Peu importe, on ira à Granville, en Normandie non encore réunifiée.
Bruno Masure est en forme, ce qui chez lui suscite des blagounettes : « après les grèves polluées, la grève des postiers ». Que dire ? On peut le suivre et noter que le cadre de la Poste chargé des négociations se nomme « Calmes ». Il faudra qu'il le soit, sans doute. Le malaise social est grand et les chômeurs mènent des actions inventives (5'21"). Le bras droit d'Alain Carignon (7'04") sort de prison. Il ne restera pas traumatisé : après un court passage chez TF1, Jean-Louis Dutaret passera chez Canal+ dont il rachète une des filiales. Éminence grise un jour, éminence grise toujours, pourrait dire Bruno Masure.
Conformément à la petite musique de cette période, après une affaire à droite, on passe à une affaire à gauche, quand ce n'est pas l'inverse (8'11") avant de partir en Bosnie. Ouf, on sait que les otages de Pharmaciens sans frontières seront libérés un peu plus d'un mois plus tard : le 10 mai 1995.
On assassine les journalistes en Algérie (10'32"). Entre 1993 et 1997, ce seront 123 journalistes et employés de presse qui périront sous les coups des terroristes. Reporters sans frontières restait curieusement muette. Elle était dirigée par Robert Ménard.
Iran, Rwanda, la litanie des pays qui connaissent le martyre est ensuite un peu toujours la même. Ce soir, cependant, c'est le Burundi. Les images sont également terribles.
12'40", les sondages placent Chirac en tête au premier tour avec 25,5% ou 26%. Les sondages se trompent. C'est Jospin qui sera en tête avec 23,30% des voix contre 20,84% à Jacques Chirac, laissant Édouard Balladur derrière avec 18,58. Jean-Marie Le Pen sera déjà à 15% avec 2 millions de voix de plus que Robert Hue, Premier Secrétaire du Parti communiste français. On ne se fatiguera pas à noter les plaisanteries désolantes et incessantes du présentateur trop bronzé.
Chirac en Poitou-Charente ; contrairement au commentaire qui affirme qu'il soutient Chirac, René Monory ne se mouille pas (14'35"). On va ensuite au QG de Lionel Jospin. (15'40"). On y trouve l'inoxydable Yves Colmou mais aussi l'amie Lyne Cohen Solal (16'24"), Pierre Moscovici et encore Véronique Neiertz, dont on avait oublié qu'elle avait été ministre. Pourtant, c'est elle qui introduit en France la publicité comparative dès 1992 et la loi qui punit l'entrave volontaire à l'avortement. Elle ne mérite donc pas l'oubli.
Mais, le clou de la soirée, c'est le Premier ministre candidat, Édouard Balladur, qui paraît à 17'28", comme toujours impeccable. Le problème de Balladur, c'est qu'il agace dès qu'il parle.
La polémique du temps coagule autour du terme « État Balladur » lancé par Chirac après que Balladur a parle d'un « État RPR ». Il est sûr que 25 ans après, cela perd encore davantage d'intérêt, si cela en a eu un jour, d'ailleurs. Mais, quand on l'écoute et si l'on oublie qu'il est entouré de petits malfrats comme Nicolas Sarkozy, on a envie de le croire... Mais, on ne le croit pas. Ce que l'on croit, en revanche, c'est que les questions des journalistes ne lui permettent pas de s'exprimer, qu'elle le placent sur la défensive. Car, on n'abordera son programme qu'à 24'34", soit plus de 7 minutes après le début de l'interview ! Mais, cela permet de mesurer avec le recul la violence et les coups bas de cette campagne présidentielle entre les deux leaders de la droite dont un est Premier Ministre et l'autre Maire de Paris.
27'51", question sur le SIDA et l'on comprend ce dont on se doutait : les questions posées ont été négociées et Balladur lit ses fiches. Il suffit de couper le son et de regarder ses yeux pour s'en convaincre.On remet le son... comme dans une chanson des années 1980... 1982 exactement. Chagrin d'amour Balladur... Il a le sens de la formule : « J'incarne le changement, parce que je l'incarne depuis déjà deux ans. » L'interview vire à la saynète de théâtre, avec une Arlette Chabot qui donne consciencieusement la réplique. On n'apprendra qu'à la fin que l'entretien est enregistré et que pendant que les Français (les Françaises et les Français comme on dit déjà parfois à l'époque) regardent la télévision, le Premier ministre candidat est dans les Bouches du Rhône.
Sport. Football. Le PSG perdra 2 à 0 contre le Milan AC, mais le 24 mai 1995, c'est l'Ajax d'Amsterdam qui gagnera la finale. Et on terminera le journal avec Céline Dion qui chante Jean-Jacques Goldmann... «  Puisque tu m'aimes encore... » Souvenirs.
Météo. Au dodo ! Mais avant, anecdote d'un bouc de Cisjordanie qui donnait du lait aphrodisiaque avant d'être sacrifié par son propriétaire. On laissera juge du méta-message.








Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020